Le refrettage sur simulateur (2 ème partie)

Je profite de la visite d’Igor, bassiste de l’excellent groupe Malted Milk, et de sa basse Fender type Précision pré-war d’indochine, pour en remettre une couche sur le simulateur de tension.
Je ne m’en lasserai jamais et je ne dirai jamais assez à quel point cet outil est INDISPENSABLE pour effectuer planifs et refrettages de qualité

Cette basse Maple Neck à deux interêts pour être le sujet principal de cet article: son manche est vraiment déformé, de cette déformation classique qu’on appelle « en S » (voir le croquis ci-dessous) et le fait que la touche soit vernie et teintée me permettra d’illustrer encore plus clairement l’avancement du travail de remise à niveau.

Comme c’est le deuxième article sur le sujet, je vous renvoie vers le premier article en ce qui concerne l’installation et les généralités sur le simulateur de tension, c’est >ici<

Voilà donc la preuve formelle que le simulateur fonctionne et me permet d’ôter juste ce qu’il faut, là où il faut:
La ligne rouge représente le manche tel que je le vois lorsque les cordes sont en tension et la basse prête à jouer. Le réglage du truss-rod ne remédie pas à cette déformation.
Dès les premiers coups de cale à poncer, j’ai la confirmation: on aperçoit les différents niveaux qui apparaissent, les parties claires (représentées en bleu sur la 2ème photo) sont touchées avant les parties encore teintées, indiquant bien les creux et les bosses.

20130706-171255.jpg

20130706-171928.jpg
Au fur et à mesure que je ponce, la partie claire s’étend et rejoint les parties vernies qui disparaissent petit à petit.

Je n’utilise pas de cales radiussées toutes faites, je préfère gérer moi-même le radius avec ma grosse cale à poncer car les cales radiussée faites aux USA simulent une planif sur une section de cylindre alors que je prefère usiner une touche de guitare comme une section de cône. (cf Christophe Leduc en 1990 et je confirme), créant ainsi un radius compensé naturel.

20130706-172739.jpg

Mes cales à poncer sont reliées à l’aspiration centralisée, un vrai confort de travail et d’hygiène.

20130706-172511.jpg

Voilà donc, pour ce qui est des teintes et des finitions de ce frettage, je vous renvoie encore à l’article précédent qui y fait référence. >ici<

J’ai retrouvé dans mes cartons quelques photos argentiques de mon premier simulateur de tension, elles datent de 1994. Un peu rustique mais déjà annonciateur de grands progrès dans l’art du surfaçage/ refrettage.

20130706-173142.jpg

20130706-173154.jpg

20130706-173204.jpg

Modification d’une Music Man Sub

Romain qui possède cette music man me demande de poser un second micro plus proche du manche.
C’est une opération délicate évidemment, il faut une grande confiance pour confier un tel travail à un artisan à qui il faut une grande confiance pour l’exécuter. Personnellement ce n’est pas le genre de travail que je préfère, mais il faut le faire, et je pense que c’est justement cette expérience qui fait que les clients arrivent à me confier ce genre de boulots sans (trop) s’inquiéter… et moi de les accepter – je ne dirai pas « sans souci » car la désinvolture est impossible dans ce genre de cas-

20130703-214331.jpg

Préparation du corps pour pouvoir poser le gabarit: Ce gabarit est d’une précision absolue, la fraise de défonceuse est neuve, ça c’est agréable, et la défonceuse est un des très gros modèles de la gamme, (une défonceuse comme celle ci tourne à 28000 tours minute, le moindre écart et c’est la sanction) Tout ça pour obtenir un résultat aussi parfait que si la basse sortait d’usine.

20130703-214348.jpg

20130703-214903.jpg
Je découpe la plaque en même temps que la défonce du corps, c’est la meilleur façon d’être parfaitement aligné.

Vient ensuite la découpe pour le sélecteur et sa fixation, puis le cablage des micros sur ce selecteur. Il n’y a pas beaucoup de place, mais je m’étais assuré que ça passait. Chez Music Man les circuits imprimés sont assez standardisés et la forme correspond au modèle avec sélecteur lorsqu’il y en a un.

20130703-214436.jpg

20130703-214449.jpg
Voilà, tout est nickel, ça coulisse, c’est aligné, c’est propre et pro.
Une fois dans un autre site ou j’expliquais mes boulots, un gars m’avait envoyé un commentaire: il me trouvais orgueilleux. Moi j’appelle ça de la conscience professionnelle et si je montre ça, c’est parce que j’ai le respect de la lutherie, des instruments et de mes clients, alors autant que ça se sache.

Coût de l’opération: 3 heures de main d’oeuvre = 165,00 €
1 micro Delano: 88,00 €
1 sélecteur Electroswitch : 14,50 €